• Ma visite au mont Hoyo, Ituri, RD Congo

    Moi et le conserateur du mont Hoyo Mr Kipiri à l'interieur de la grotte Talatala

    Nous partions de Beni (nord-Kivu, RD Congo) le 15 mai 2009 à bord d’une LandRover, sur la route Beni vers le mon Hoyo à 7 h, et déjà vers 10 h, nous nous retrouvions à hauteur du km 113 de la route de Beni - Kisangani. C'est une route actuellement à très bon état. Nous roulions à une vitesse moyenne de 80 à l'heure.

    De là, un tronçon routier de 13,5 km dirigé vers l’est, à travers la forêt, atteint le Mont Hoyo, petit massif de 12 km de long, 6 km de large sur une tranche altitudinale de plus ou moins 500 m.

    Celui-ci comporte un grand nombre de grottes que les indigènes Walese désignent sous le nom de « Homa » d’où le nom de Mont Homa qui lui est souvent donné. Il vaut cependant mieux lui conserver son nom de Mont Hoyo à moins qu’on ne dise « Mont des Homa ».

    La découverte des premières grottes remonte de l'époque coloniale; elles ne furent étudiées, pour la première fois, dans leur remarquable ensemble qu’en 1943 par l’ingénieur géologue Ruscart, prospecteur au service du Syndicat d’Etudes du Nord-Est congolais. C’est donc ce technicien qui signala l’importance des gisements de guano tapissant les nombreuses grottes. Un premier dépôt, celui de l’Atshobaki, avait été révélé, en 1941, par le Comité National du Kivu mais il n’avait pas fait l’objet de recherches plus approfondies. 

    Le massif du « Hoyo » est formé, de la cote 1000 à la cote 1130, de grès gris ou rougeâtres : de la cote 1130 à la cote 1345 de dolomies diverses ; plus haut, de bancs de schistes très laminés et minces ; enfin, au sommet, de grès et, dans les parties les plus élevées (1450 m), de dolomies bleues.

    Les grottes, qui se répartissent sur toute la périphérie et à mi-flanc du massif, principalement aux étages 1100 et 1200, sont la conséquence d’une érosion souterraine. Jusqu’à ce jour, 26 grottes principales réparties en douze groupes ont été mises à jour, mais il en reste un certain nombre non encore bien explorées et non accessibles au public ; il est possible que de nouvelles découvertes soient faites, le mont Hoyo étant une véritable éponge.

    Certaines de ces infractuosités sont remplies d’une couche de guano (de chauve-souris) d’une épaisseur d’environ 12 m ; toutes en contiennent une quantité plus ou moins grande. On estime la réserve d’engrais à environ 30000 tonnes ; toutefois une estimation plus exacte reste à établir. L’ensemble des monts du Hoyo (alt. 1300 à 1500 m) représente une valeur touristique de premier ordre. Il est parcouru par de très nombreux ruisseaux et ruisselets à thalweg très encaissé, dont le cours est entrecoupé de chutes remarquables et de passages souterrains. La forêt voisine groupe des arbres admirables, véritables géants, dont la hauteur moyenne s’établit à près de 22 m ; les arbres de 40 m de haut ne sont pas rare.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Richard Bouillet
    Lundi 30 Janvier 2012 à 01:27

    Bonjour,

    Ayant connu le mont Hoyo il y a quelques 40 ans alors que je prospectais la région en vue de relancer la récolte du rauwolfia voici que je tombe sur un site à votre nom, Bashonga, qui me rappelle Patrice, un ami, qui était à l'époque commerçant à Goma et qui devrait avoir aujourd'hui environ 75 ou 80 ans. Seriez-vous par hasard de sa famille?

    Je vous souhaite par ailleurs bon courage pour mettre cette belle région en valeur et la faire connaitre en dehors de l'histoire dramatique qu'elle a connu.

    Bien cordialement,

    Richard

     

    2
    Samedi 4 Février 2012 à 10:21

    Bonjour Richard,

    Je suis heureux de te lire sur mon blog, nous pouvons continuer à communiquer à partir de mon adresse personnel bashonga5@yahoo.fr

    Je vis personnellement à Goma mais nous n'avons pas un Patrice dans notre famille, sauf si vous me donnez plus details à son sujet peut-etre je pourrait connaitre certains membre de sa famille ou savoir s'il est encore ou pas en vie, vous savez, il y a eu à boire et à manger chez nous ici,

    Merci Gratien Bashonga

    3
    Mercredi 15 Février 2012 à 18:00

    Bonjour Monsieur Bashonga je suis très ravis de votre publication à propos du Mont Hoyo. Cependant, vous avez été très bref. J'aimerai connaitre davantage sur ce mystère de la création. Merci

    4
    Kisoka Lubula
    Dimanche 30 Décembre 2012 à 10:16

    Un travail qui merite une trophee mon frere Bashonga. J' ose croire qu' un jour notre gouvrnement tiendra compte de vos recherches d' experts. Je vous souhaite en passant une tres bonne et heureuse annee.

    Ir Kisoka Lubula

    5
    Lundi 31 Décembre 2012 à 11:31

    Bonjour et mes voeux les meilleures pour le nouvel an qui se pointe à l'horizon. Je désire que l'année 2013 te surprenne avec des grandes bénédictions jamais encore veçues.

    Je suis très heureux de te lire sur mon blog et  je souhaite que tu y reviennes car j'ai des nouveaux articles à y publier après 3 ans de someil. Surement que j'ai continué à travailer mais dans l'ombre. Cette année nouvelle sera décisive et vous en aurez des publications d'il y a 3 ans en abondance, merci;

     

    Gratien

    6
    Lundi 31 Décembre 2012 à 11:54

    Tel un hermite sortant de sa "homa", Gratien réapparait sous son aura!  ;-)

    Excellente année à lui, à ses proches et à tous ses amis et faisons le voeux que ce petit paradis qu'est le kivu retrouve enfin calme et prospérité.

    Richard

    7
    Lundi 31 Décembre 2012 à 12:07

    Richard, je t'aime beaucoup et avec Dieu nous ferons de bonnes choses cette année nouvelle, tu l'as dit, je réapparais sous mon AURA,  BONANA 2013

    Gratien

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :